Disparition d’Hélène Carrère d’Encausse, première femme élue à la tête de l’Académie française

0
295

Une pionnière au parcours exceptionnel

Hélène Carrère d’Encausse s’est éteinte paisiblement ce samedi 5 août à l’âge de 94 ans. Cette grande spécialiste de la Russie était surtout connue pour avoir été la première femme élue à la tête de l’Académie française. Ses enfants ont annoncé la triste nouvelle via un communiqué envoyé à l’AFP.

Née en 1929 à Paris, Hélène Carrère d’Encausse a eu une carrière riche et variée. Ses origines russes lui ont permis d’apprendre le russe avant même le français, et elle a consacré une grande partie de sa vie à étudier la culture et l’histoire de ce pays.

  • Historienne : après des études brillantes, elle se passionne pour l’histoire de la Russie et devient une experte reconnue, aussi bien sur la période soviétique que sur celle des tsars.
  • Auteur : elle a publié de nombreux ouvrages sur la Russie, dont certains ont été traduits en plusieurs langues.
  • Députée européenne : élue en 1989, elle siège au Parlement européen jusqu’en 1991.
  • Académicienne : en 1990, elle est la première femme élue à la tête de l’Académie française, et devient secrétaire perpétuel en 1999.

Un symbole de réussite pour les femmes

Lorsqu’elle entre à l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse demande à être la première femme à porter une épée d’académicien. Au cours de son discours de remerciement lors de la remise de cette épée, le 21 novembre 1991, elle explique ce choix qui a surpris nombre de ses confrères. “Lorsque j’ai dit que je souhaitais une épée, j’ai senti un moment d’effarement.”

Elle invoque alors Jeanne d’Arc comme modèle : “Elle a été l’un des personnages héroïques dont s’est nourrie mon enfance, car elle symbolisait l’idée que rien n’était impossible pour une femme.” Hélène Carrère d’Encausse a ainsi contribué à faire évoluer la place des femmes au sein de l’institution académique et dans la société en général.

Une fonction sans féminisation

Malgré sa volonté de faire bouger les lignes, Hélène Carrère d’Encausse avait cependant refusé de féminiser la fonction de secrétaire perpétuel. Elle tenait à être appelée “Madame le Secrétaire perpétuel”, expliquant qu’il n’y a qu’un seul Secrétaire perpétuel depuis trois siècles et demi. “C’est cette idée de continuité qui doit prévaloir.”

Une famille aux multiples talents

Hélène Carrère d’Encausse était également la mère de trois enfants, qui ont tous suivi des voies artistiques ou intellectuelles :

  • Emmanuel, né en 1957 : écrivain et réalisateur français, auteur de plusieurs romans et scénarios de films.
  • Nathalie, née en 1960 : journaliste et présentatrice télévisée, notamment sur France Télévisions et Arte.
  • Marina, née en 1963 : productrice et réalisatrice de documentaires, elle a travaillé pour plusieurs chaînes de télévision françaises et internationales.

La disparition d’Hélène Carrère d’Encausse laisse donc un vide immense dans le monde de la culture et de l’histoire, mais aussi dans celui des institutions françaises. Sa mémoire restera cependant vivante grâce à son œuvre et à l’exemple qu’elle a donné tout au long de sa carrière.