Le “parrain de l’IA” quitte Google pour avertir des dangers de la technologie

0
494

Geoffrey Hinton, également connu sous le nom de “parrain de l’intelligence artificielle”, quitte son poste chez Google avec un message d’avertissement sur les risques potentiels associés à cette technologie. Il exhorte les entreprises et les gouvernements à prendre des mesures pour éviter que les avantages de l’IA ne soient éclipsés par ses dangers.

Un expert de renom dans le domaine de l’IA

Geoffrey Hinton est professeur émérite à l’Université de Toronto et chercheur chez Google depuis 2013. Il est considéré comme l’un des pionniers de l’apprentissage profond, une technique d’intelligence artificielle qui permet aux machines d’apprendre en imitant le fonctionnement du cerveau humain. Ses travaux ont permis de réaliser d’importants progrès dans des domaines tels que la reconnaissance vocale, la traduction automatique et la conduite autonome.

Ses contributions majeures

  • L’algorithme de rétropropagation du gradient, qui permet aux réseaux de neurones d’apprendre à partir de leurs erreurs.
  • Les machines à vecteurs de support, qui transforment les données d’apprentissage en représentations géométriques pour faciliter leur classification.
  • La capsule network, un type de réseau de neurones conçu pour mieux comprendre les relations spatiales entre les objets.

Les dangers de l’intelligence artificielle

Même si Geoffrey Hinton reconnaît les bénéfices de l’IA, il estime que son utilisation peut également représenter un danger pour la société. Parmi les préoccupations soulevées par le scientifique, on trouve :

Le chômage causé par l’automatisation

L’intelligence artificielle pourrait entraîner une automatisation massive de nombreux emplois, menant à un taux de chômage élevé et à des inégalités économiques. Selon certaines estimations, jusqu’à 47 % des emplois actuels pourraient être automatisés d’ici 20 ans.

La surveillance de masse

Les technologies de reconnaissance faciale et d’apprentissage profond permettent de surveiller les individus de manière beaucoup plus efficace qu’auparavant. Cela soulève des questions sur la protection de la vie privée et le respect des droits de l’homme, en particulier dans les régimes autoritaires.

Les armes autonomes

Les drones et les robots équipés d’intelligence artificielle pourraient être utilisés comme armes autonomes, capables de prendre des décisions sans intervention humaine. Ceci pose d’importantes questions éthiques et morales, notamment concernant la responsabilité en cas de pertes civiles.

Les biais algorithmiques

Les systèmes d’intelligence artificielle peuvent reproduire ou amplifier les biais présents dans les données sur lesquelles ils sont entraînés. Cela peut avoir des conséquences néfastes, notamment en termes de discrimination.

Des mesures nécessaires pour limiter les risques

Afin de prévenir ces dangers, Geoffrey Hinton appelle à une régulation stricte de l’intelligence artificielle et à un investissement dans la recherche sur les méthodes d’IA éthiques et sécurisées. Parmi les initiatives qu’il juge souhaitables, on peut citer :

  • L’élaboration de normes internationales pour encadrer le développement et l’utilisation de l’IA.
  • La mise en place d’une taxe sur l’automatisation, afin de redistribuer les richesses générées par les machines et de financer la formation professionnelle des travailleurs touchés par le chômage technologique.
  • La création de comités d’éthique chargés de veiller au respect des droits de l’homme et des principes moraux lors du déploiement de technologies basées sur l’IA.
  • L’encouragement à la recherche sur les techniques d’apprentissage profond moins gourmandes en énergie et plus transparentes, dans le but de rendre l’IA plus durable et compréhensible pour les humains.

Le départ de Geoffrey Hinton de Google marque un tournant dans le débat public sur l’intelligence artificielle. Alors que cette technologie continue de se développer à un rythme effréné, il est essentiel que les entreprises, les gouvernements et la société civile prennent en compte les risques qu’elle peut engendrer et agissent de manière responsable pour assurer un avenir sûr et équitable à tous.