Où sont passés les généraux russes après la rébellion avortée de Wagner ?

0
246

Introduction

Après la mutinerie avortée du groupe militaire privé Wagner dirigé par Evguéni Prigojine, l’Ukraine et le reste du monde se posent une question essentielle : où sont passés les généraux russes en charge de l’opération militaire en Ukraine ? Des deux figures dominantes, Valéri Guerassimov et Sergueï Sourovikine, rien n’a filtré depuis. Le mystère plane autour de leur disparition.

Disparition inquiétante des hauts gradés russes

Une absence remarquée

Valéri Guerassimov, chef de l’état-major russe, était en charge de l’opération militaire en Ukraine et constituait la cible principale des critiques de Prigojine lors de sa tentative de rébellion. Son numéro 2 officieux, Sergueï Sourovikine, travaillait également sur l’opération spéciale en Ukraine pour la Russie. Depuis cette rébellion, ces deux haut-gradés ont disparu des écrans radars sans que personne ne puisse donner d’explication à leur absence.

Des sources contradictoires

Les rumeurs entourant la disparition de ces généraux sont nombreuses. Certaines sources suggèrent que Sergueï Sourovikine est en état d’arrestation, d’autres affirment qu’il serait détenu, mais pas en prison. Pourtant, il n’est pas à son domicile et tous les contacts avec lui, ses gardes du corps ou son adjudant ont été perdus.

  • “Il n’y a plus aucun contact avec lui, ses gardes du corps ou son adjudant”, selon une source citée par plusieurs médias.

Les conséquences de cette disparition

Un impact sur l’opération militaire en Ukraine

Cette disparition soulève des questions quant à l’avancement de l’opération militaire en Ukraine. En effet, en l’absence de leurs leaders, les troupes russes semblent désemparées. Les progrès dans l’Est de l’Ukraine se font lentement malgré une contre-offensive lancée il y a un mois. L’absence de leadership clair pourrait nuire aux actions militaires russes sur le terrain.

Une opportunité pour l’opposition

La cheffe de l’opposition biélorusse en exil, Svetlana Tsikhanovskaïa, voit dans cette situation une opportunité. Selon elle, Prigojine et Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, pourraient se trahir à tout moment. “Ils ne sont pas des alliés. Ils ne peuvent pas se faire confiance.”, affirme-t-elle. Cette crise au sein de l’armée russe pourrait donc représenter une chance pour l’opposition de gagner du terrain.

Ainsi, la disparition des généraux russes suite à la rébellion avortée de Wagner demeure un mystère qui intrigue autant qu’inquiète. Il reste à voir comment la situation va évoluer et quelles seront les conséquences de cette disparition sur le conflit ukrainien. Tant que ce mystère reste irrésolu, des questions resteront en suspens sur la capacité de la Russie à mener efficacement son opération en Ukraine.