Macron accusé de « mépris » dans sa gestion du sommet brésilien sur l’Amazonie, les élus guyanais amers

0
327

Emmanuel Macron critiqué pour son absence au sommet sur l’Amazonie

Le président français Emmanuel Macron est sous le feu des critiques en raison de son absence remarquée au sommet organisé par le Brésil sur l’Amazonie. Cette rencontre internationale réunit les nations d’Amérique du Sud abritant le poumon vert de la planète pour discuter des moyens de le sauver. Au lieu de se rendre à Bélem, au nord du pays, pour participer aux discussions, Macron a choisi d’être représenté par Brigitte Collet, l’ambassadrice de France au Brésil.

Cette décision a suscité la colère et l’incompréhension des élus guyanais. Certains ont estimé que l’absence du président français témoignait d’un certain mépris à leur égard et à celui de l’enjeu crucial que représente la préservation de l’Amazonie pour l’ensemble de la planète. Ils soulignent également que cette situation met en lumière une fois de plus le manque de considération du gouvernement envers les territoires d’outre-mer.

Les élus guyanais déçus par l’attitude de Macron

Plusieurs élus guyanais n’ont pas hésité à exprimer leur déception face à l’absence du président français lors de ce sommet d’une importance capitale pour la région amazonienne. Parmi eux, Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane, qui a déclaré dans un communiqué : “Nous sommes profondément choqués par cette absence. Elle traduit un mépris inacceptable pour les peuples d’Amazonie et pour la Guyane française.”

Cette critique est d’autant plus virulente que Macron avait été invité personnellement à ce sommet par son homologue brésilien Lula. Les élus guyanais sont d’autant plus amers qu’ils avaient du mal à obtenir des engagements concrets du président français en matière de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique.

Le gouvernement français accusé de négliger les territoires d’outre-mer

L’absence de Macron au sommet sur l’Amazonie vient s’ajouter aux griefs déjà nombreux des élus guyanais envers le gouvernement français. Ils reprochent notamment à l’exécutif de ne pas accorder suffisamment d’importance aux problématiques spécifiques des territoires d’outre-mer et de les considérer comme des régions de second plan.

  • Manque d’investissements : Selon les élus locaux, la France n’investit pas assez dans le développement économique et social de la Guyane. Ils déplorent notamment un manque de moyens alloués à l’éducation, à la santé et aux infrastructures.
  • Inégalités sociales : Les Guyanais souffrent d’un taux de chômage beaucoup plus élevé que celui de la métropole et de conditions de vie souvent précaires, avec un accès limité aux services publics et à la santé.
  • Problèmes environnementaux : La Guyane est particulièrement touchée par les problèmes liés à la déforestation, à l’orpaillage illégal et au réchauffement climatique. Les élus locaux attendent des actions concrètes de la part du gouvernement pour protéger leur territoire et ses habitants.

Quelles conséquences pour le gouvernement français ?

L’absence d’Emmanuel Macron au sommet sur l’Amazonie risque de renforcer le sentiment d’abandon ressenti par les élus guyanais et pourrait avoir des conséquences politiques pour le gouvernement français. En effet, certains observateurs estiment que cette situation pourrait nuire à la crédibilité de la France sur la scène internationale en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

De plus, cette polémique intervient dans un contexte déjà tendu entre Paris et les élus d’outre-mer, notamment ceux de la Guyane, qui accusent régulièrement le gouvernement de ne pas tenir ses promesses et de les laisser face à leurs difficultés. Cette nouvelle affaire pourrait donc venir accentuer les tensions entre les deux parties et alimenter un sentiment d’incompréhension mutuelle.