Même tenues, les promesses « anti-déforestation » de Lula peuvent-elles vraiment sauver l’Amazonie ?

0
284

Les enjeux de la déforestation en Amazonie

Alors que se tient un sommet régional à Belém, au Brésil, pour discuter des moyens de protéger et préserver l’Amazonie, il est important de rappeler les enjeux liés à la déforestation. L’Amazonie, souvent considérée comme le “poumon de la Terre”, joue un rôle crucial dans la régulation du climat mondial et abrite une biodiversité unique. La déforestation, principalement due aux émissions de gaz à effet de serre, contribue à la destruction de cet écosystème essentiel.

 

Le rôle de l’Amazonie dans la lutte contre le changement climatique est capital :

  • Absorption d’une grande quantité de CO2
  • Régulation des précipitations et du cycle de l’eau
  • Stockage de carbone
  • Fourniture de ressources naturelles

L’action des gouvernements amazoniens

Malgré l’importance de l’Amazonie, les gouvernements des pays concernés peinent à mettre en place des politiques de protection efficaces. Les promesses “anti-déforestation” faites par le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva ont certes permis de réduire la déforestation, mais l’Amazonie subit toujours les effets néfastes de l’exploitation illégale et des activités humaines.

Les politiques menées par les gouvernements amazoniens doivent donc être renforcées :

  • Mise en place d’un cadre légal pour la protection de l’Amazonie
  • Lutte contre l’exploitation illégale
  • Encouragement à la préservation des forêts par des incitations financières
  • Renforcement de la surveillance et du contrôle des activités

La responsabilité des pays non-amazoniens

Il est essentiel que les pays non-amazoniens prennent également leurs responsabilités dans la lutte contre la déforestation. En effet, comme le souligne Jérôme Chave, directeur de recherche au CNRS, faire reposer la protection de l’Amazonie uniquement sur les pays amazoniens présents est un problème. Les émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés ont un impact direct sur l’écosystème amazonien. De plus, la demande mondiale en ressources naturelles (bois, minerais, produits agricoles) pousse à l’exploitation excessive des forêts tropicales.

 

Les actions possibles pour les pays non-amazoniens :

  • Réduire leurs émissions de gaz à effet de serre
  • Promouvoir une consommation responsable et durable des ressources naturelles
  • Soutenir financièrement les efforts de préservation de l’Amazonie
  • Collaborer avec les gouvernements amazoniens pour mettre en place des politiques de protection efficaces

Le rôle des entreprises et des consommateurs

La préservation de l’Amazonie ne doit pas reposer uniquement sur les gouvernements, elle est également l’affaire des entreprises et des consommateurs. Les multinationales ayant des activités dans la région doivent adopter des pratiques responsables et respectueuses de l’environnement. De leur côté, les consommateurs ont un pouvoir d’action important en choisissant des produits issus de filières durables et en soutenant les initiatives écologiques.

Conclusion : une action collective nécessaire

Les promesses “anti-déforestation” de Lula ont été un premier pas vers la préservation de l’Amazonie, mais il est clair que ces efforts doivent être renforcés et étendus à l’ensemble des acteurs concernés (gouvernements, entreprises, consommateurs). La lutte contre la déforestation et la protection du “poumon de la Terre” nécessitent une prise de conscience globale et une action collective responsable et durable.