Les combats au Soudan se poursuivent malgré la prolongation initiale du cessez-le-feu

0
496

Juba en proie à des affrontements intenses

Des milliers de résidents de la capitale sud-soudanaise, Juba, fuient les combats violents entre les forces régulières et les ex-rebelles. Les deux camps s’accusent mutuellement d’être responsables de cette nouvelle vague de violences qui ont fait au moins 270 morts depuis deux jours selon des médias locaux.

Ces affrontements mettent en péril un fragile accord de paix signé l’année dernière dans le plus jeune État du monde, qui fêtait samedi ses cinq ans d’indépendance. Le Soudan du Sud est déchiré depuis décembre 2013 par un conflit féroce qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et près de trois millions de déplacés.

Le cessez-le-feu prolongé

Malgré la prolongation initiale du cessez-le-feu, les combats continuent de faire rage. De nombreux habitants cherchent désespérément un moyen de quitter Juba pour échapper aux violences.

  • Forces régulières : composées principalement de membres de l’ethnie Dinka, à laquelle appartient le président Salva Kiir.
  • Ex-rebelles : soutenus par l’ancien vice-président Riek Machar, issu de l’ethnie Nuer.

Les deux camps ont signé un accord de paix en août 2015, mais les combats n’ont jamais cessé. Le conflit a ravagé l’économie du pays et provoqué une crise humanitaire majeure avec des millions de personnes confrontées à la famine.

L’ONU appelle à la fin des hostilités

Face à cette situation dramatique, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé les deux camps à mettre fin aux hostilités immédiatement. L’ONU a également demandé que les forces internationales soient autorisées à se déployer pour protéger les civils et éviter une escalade de la violence.

Le Conseil de sécurité demande une enquête sur les violences

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a demandé une enquête sur les violences qui ont éclaté à Juba et a mis en garde contre l’impunité pour ceux qui commettent des atrocités. Les membres du Conseil ont exprimé leur inquiétude face à « l’escalade rapide de la violence » et ont appelé toutes les parties impliquées à respecter le cessez-le-feu et à coopérer avec les efforts de médiation menés par les partenaires régionaux.

Impact sur la population

Les combats ont eu un impact dévastateur sur la population sud-soudanaise, avec des dizaines de milliers de morts et près de trois millions de personnes déplacées depuis le début du conflit en décembre 2013.

  • Victimes : selon des médias locaux, au moins 270 personnes ont été tuées lors des derniers affrontements à Juba.
  • Déplacés : près de trois millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit.

De nombreux Sud-Soudanais vivent désormais dans la peur et l’incertitude, ne sachant pas si le cessez-le-feu tiendra ou si les combats continueront de s’intensifier. La communauté internationale doit agir rapidement pour aider à résoudre cette crise et protéger les civils en danger.

La nécessité d’une action internationale

Alors que le Soudan du Sud continue d’être déchiré par la violence, il est essentiel que la communauté internationale s’unisse pour soutenir les efforts de paix et protéger les civils vulnérables. Les gouvernements du monde entier doivent condamner fermement les violences en cours et travailler ensemble pour trouver une solution durable à ce conflit dévastateur.