« Cobalt, l’envers du rêve électrique » : la face cachée des voitures vertes

0
328

Le documentaire « Cobalt, l’envers du rêve électrique », diffusé sur France 24, explore la réalité sombre qui se cache derrière l’industrie des voitures électriques et des batteries rechargeables. Les réalisateurs Quentin Noirfalise et Arnaud Zajtman nous emmènent en République démocratique du Congo (RDC), où la majorité du cobalt mondial est extrait – un élément essentiel dans la fabrication des batteries lithium-ion utilisées par les véhicules électriques et les smartphones.

Conditions de travail déplorables dans les mines de cobalt

Le documentaire met en lumière les conditions épouvantables dans lesquelles les mineurs congolais travaillent pour extraire le cobalt. La plupart d’entre eux sont des travailleurs indépendants, sans contrat ni protection sociale, et sont payés à la pièce. Les accidents mortels sont fréquents, et les mineurs risquent leur vie quotidiennement dans des galeries souterraines non sécurisées.

Exploitation des enfants

L’une des révélations les plus choquantes du documentaire est l’exploitation des enfants dans les mines de cobalt. Certains n’ont que sept ans et doivent travailler dans des conditions dangereuses pour subvenir aux besoins de leur famille. Selon l’UNICEF, environ 40 000 enfants sont exploités dans les mines de la RDC.

La pollution environnementale et les problèmes de santé

L’extraction du cobalt a également des conséquences désastreuses sur l’environnement et la santé des mineurs et des habitants des zones d’exploitation. Les rivières sont polluées par les produits chimiques utilisés pour traiter le minerai, ce qui entraîne une contamination de l’eau potable et des cultures. Les mineurs souffrent également de problèmes de santé liés à l’inhalation de poussières toxiques et à l’exposition au radon, un gaz radioactif naturellement présent dans les mines de cobalt.

Un enjeu pour les entreprises technologiques et automobile

Le documentaire interpelle directement les géants de l’électronique et de l’automobile, tels qu’Apple, Samsung, Huawei, Tesla, BMW et General Motors, qui ont recours au cobalt pour fabriquer leurs batteries. Ces entreprises ont la responsabilité de s’assurer que leur chaîne d’approvisionnement est éthique et respectueuse des droits de l’homme et de l’environnement.

  • Apple : la firme à la pomme a annoncé en février 2021 son intention de ne plus utiliser de cobalt provenant de mines artisanales en RDC d’ici 2025.
  • Tesla : le constructeur américain travaille sur le développement de nouvelles technologies de batteries sans cobalt, afin de réduire sa dépendance à cet élément.
  • BMW et Daimler : les groupes allemands se sont engagés à n’utiliser que du cobalt issu de mines certifiées conformes aux normes internationales en matière de travail et d’environnement.

Les alternatives au cobalt

Face à ces problèmes éthiques et environnementaux, les chercheurs travaillent sur des alternatives au cobalt dans la fabrication des batteries. Plusieurs pistes sont étudiées, notamment :

  • L’utilisation de matériaux moins coûteux et plus abondants, tels que le sodium ou le magnésium.
  • Le développement de batteries à base de graphène, un matériau ultra-léger et conducteur d’électricité.
  • La conception de batteries à électrolyte solide, qui permettent d’augmenter la densité énergétique tout en réduisant la quantité de cobalt nécessaire.

Promouvoir une industrie plus respectueuse de l’environnement et des droits de l’homme

Il est essentiel que les entreprises impliquées dans l’extraction et l’utilisation du cobalt prennent leurs responsabilités en termes de respect des droits de l’homme et de protection de l’environnement. Les consommateurs ont également un rôle à jouer en restant informés et en choisissant des produits fabriqués de manière éthique et durable.

Le documentaire « Cobalt, l’envers du rêve électrique » nous rappelle que derrière les promesses de la voiture électrique et des technologies vertes se cache une réalité beaucoup moins reluisante. Il est temps de repenser notre modèle de production et de consommation pour un avenir plus respectueux de l’environnement et des êtres humains.