Tensions Taïwan-Chine : qui est Tsai Ing-wen, la présidente taïwanaise qui tient tête au régime de Pékin ?

0
710

Une femme discrète et timide aux commandes de Taïwan

Âgée de 66 ans, Tsai Ing-wen a été réélue pour un deuxième mandat en 2020. Malgré sa timidité et discrétion, elle n’hésite pas à défier Pékin. Durant son mandat, elle œuvre au rapprochement avec les États-Unis, même si cela provoque la colère de la Chine. En avril 2022, par exemple, Tsai Ing-wen a rencontré le président de la Chambre américaine des représentants, Kevin McCarthy, en Californie.

Le principe de la “Chine unique”

Depuis 1979, les États-Unis reconnaissent la Chine de Pékin. Selon le principe de la Chine Unique, instauré par Pékin, Taïwan et la Chine ne sont pas censés entretenir de relations diplomatiques. Cette rencontre avec Kevin McCarthy a donc suscité de vives tensions avec le régime chinois.

La Chine maintient la pression sur l’île de Taïwan

Les autorités taïwanaises ont annoncé avoir repéré trois navires de guerre chinois dans le détroit séparant Taïwan de son voisin continental en avril 2022. Un hélicoptère anti sous-marin a également été détecté, tandis qu’un porte-avions chinois se trouve dans cette zone depuis le mercredi précédent. Le ministre taïwanais de la Défense a jugé ce déploiement militaire sensible, précisant qu’aucun décollage d’appareil n’avait été détecté depuis le porte-avions. Des exercices militaires chinois ne sont pas à exclure dans les prochains jours.

La guerre en Ukraine renforce la conscience taïwanaise de la menace chinoise

D’après le ministre des affaires étrangères taïwanais, l’île est plus que jamais consciente de la menace militaire chinoise, impressionnée par la résistance des Ukrainiens face à l’invasion russe et les images terribles de la guerre.

Une défaite aux élections locales

En novembre 2018, Tsai Ing-wen avait annoncé qu’elle abandonnait ses fonctions à la tête du parti au pouvoir suite à une défaite aux élections locales. Les Taïwanais étaient appelés aux urnes pour les élections municipales et provinciales, un scrutin que Tsai Ing-wen avait qualifié de test pour démontrer la résilience de Taïwan et sa détermination à défendre la liberté et la démocratie devant les menaces de Pékin. Toutefois, le Parti démocrate progressiste a perdu quatre des six principales villes de l’île de 23 millions d’habitants, dont Taipei, la capitale.

Un geste diplomatique : la visite de vétérinaires chinois pour Tuan Tuan, un panda géant en fin de vie

En 2008, lors d’une époque diplomatique plus clémente entre les deux pays, Pékin avait offert à Taïwan le panda géant Tuan Tuan et sa partenaire Yuan Yuan dont les noms signifient “unité” ou “réunion” en chinois. En avril 2022, des vétérinaires chinois ont été invités par Taïwan pour rendre visite à Tuan Tuan, aujourd’hui en fin de vie. Le zoo de Taipei a précisé que les vétérinaires chinois séjourneraient sept jours dans un but d’observation de l’animal.

Les défis de Tsai Ing-wen face à la Chine

  • Maintenir la souveraineté de Taïwan tout en évitant une confrontation militaire avec la Chine.
  • Rapprochement avec les États-Unis et autres alliés démocratiques pour contrer l’influence croissante de Pékin.
  • Défendre les valeurs démocratiques de Taïwan face aux menaces du régime autoritaire chinois.
  • Poursuivre le développement économique de l’île malgré les pressions politiques et commerciales de la Chine.

Malgré les tensions grandissantes entre Taïwan et la Chine, Tsai Ing-wen continue de défendre l’autonomie et les valeurs démocratiques de son île, se montrant déterminée à tenir tête au régime de Pékin.