La France veut s’attaquer au problème du “surtourisme”

0
937

Le surtourisme, un enjeu majeur pour la France

Face à l’afflux massif de touristes dans certaines régions et villes de la France, notamment Paris, la Côte d’Azur ou encore la Bretagne, les autorités françaises souhaitent mettre en place des mesures pour lutter contre le phénomène du “surtourisme”. Ce terme désigne une situation dans laquelle la fréquentation touristique dépasse la capacité d’accueil d’un lieu, entrainant des conséquences néfastes sur l’environnement, l’économie locale et la qualité de vie des habitants.

Des chiffres alarmants

  • En 2019, la France a accueilli près de 90 millions de visiteurs étrangers, ce qui fait d’elle la première destination touristique mondiale.
  • Paris et sa région attirent à elles seules près de 50 millions de touristes chaque année, dont 23 millions visitent la Tour Eiffel.
  • La fréquentation touristique de certains sites emblématiques, comme le Mont-Saint-Michel ou la Côte d’Azur, peut dépasser les 200 000 personnes par jour en haute saison.

Ainsi, face à ces chiffres impressionnants et aux problèmes qu’ils engendrent, il est crucial pour la France de repenser son modèle touristique et de trouver des solutions pour éviter le surtourisme.

Les conséquences du surtourisme

Des impacts environnementaux

L’afflux massif de touristes dans certaines zones peut provoquer la dégradation des sites naturels, comme les plages ou les parcs nationaux. Par ailleurs, le surcroît de pollution généré par les transports (avions, voitures, etc.) contribue à la détérioration de l’environnement.

Une économie locale fragilisée

Le surtourisme peut également avoir des répercussions négatives sur l’économie locale. En effet, la hausse du coût de la vie, notamment en matière d’immobilier, rend difficile pour les habitants de se loger et oblige certains commerces à fermer pour être remplacés par des boutiques davantage tournées vers les touristes.

La qualité de vie des habitants en danger

Enfin, le surtourisme peut engendrer une détérioration de la qualité de vie des habitants, qui se sentent envahis et subissent les nuisances sonores, la saleté et l’invasion de leur espace public. Cette situation peut mener à un rejet des touristes de la part des locaux et nuire à l’attractivité du lieu.

Les solutions envisagées pour lutter contre le surtourisme

Promouvoir un tourisme responsable

Une des clés pour contrer le surtourisme est de promouvoir un tourisme plus respectueux de l’environnement et des populations locales. Les autorités françaises souhaitent ainsi encourager les touristes à opter pour des modes de transport moins polluants, comme le train ou le vélo, et à privilégier les hébergements écoresponsables.

Développer le tourisme hors-saison

Pour réduire la pression sur les sites les plus fréquentés, il est également nécessaire de développer le tourisme hors-saison et d’inciter les visiteurs à découvrir la France à des périodes moins chargées. Cela permettrait de mieux répartir les flux touristiques sur l’ensemble de l’année et ainsi d’éviter l’engorgement en haute saison.

Valoriser les destinations alternatives

Une autre solution consiste à promouvoir des destinations moins connues mais tout aussi intéressantes que les lieux emblématiques. La France regorge de régions et de sites méconnus qui méritent d’être découverts, offrant ainsi aux touristes une expérience différente et authentique.

Mettre en place des mesures de régulation

Enfin, certaines mesures de régulation peuvent être mises en place pour limiter le nombre de touristes dans certains lieux particulièrement touchés par le surtourisme. Il peut s’agir, par exemple, de restreindre l’accès à certaines zones ou d’instaurer des quotas de visiteurs. Toutefois, ces mesures doivent être bien pensées afin de ne pas pénaliser l’économie locale.

Face au phénomène du surtourisme, la France se doit de repenser son modèle touristique et de trouver des solutions pour préserver son patrimoine, l’environnement et la qualité de vie de ses habitants. Le défi est donc de taille, mais il est crucial pour garantir un avenir durable et harmonieux au secteur du tourisme dans l’Hexagone.