Agression violente d’une grand-mère et sa petite-fille à Bordeaux : ce que l’on sait

0
290

Les faits

Le lundi 19 juin, une violente agression a eu lieu à Bordeaux, impliquant une grand-mère de 73 ans et sa petite-fille de 7 ans. La famille des victimes dénonce la récupération politique faite autour de ce fait divers et s’indigne également de la médiatisation des images de l’agression, effectuée sans son accord.

L’intervention des secours

Les secours ont été alertés ce mardi vers 14 heures. À leur arrivée dans l’appartement où avait été signalé les faits et situé dans un immeuble, ils ont découvert le corps sans vie d’une femme. Là, un individu âgé d’une vingtaine d’années a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat de Reims. La victime est la mère du mis en cause, indique le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette à TF1info confirmant une information de L’Union.

La réaction de la famille

La famille des victimes de la violente agression se dit choquée par la récupération politique faite autour de cet événement et regrette également la diffusion des images de l’agression sans leur consentement. Les images de cette agression ont circulé sur les médias et les réseaux sociaux, suscitant de nombreux commentaires et réactions de la part d’éditorialistes, politiques et de la population.

Le contexte médiatique

Les images de cette violente agression ont fait couler beaucoup d’encre et ont été largement relayées par les médias et les réseaux sociaux. Le site Laminute.info, un média généraliste et semi-aggragateur francophone fondé en 2013, a notamment diffusé ces images et informations en provenance de plusieurs sources. La société Nouvelle Vision Plus Sarl diffuse exclusivement sur le web via son site Internet et les réseaux sociaux.

La récupération politique

  • La famille des victimes dénonce la récupération politique autour de ce fait divers
  • Des éditorialistes et politiques ont commenté la violence de l’agression
  • Images diffusées sans l’accord des victimes

L’agression d’une grand-mère et de sa petite-fille à Bordeaux soulève de nombreuses questions sur la diffusion des images de telles violences dans les médias et sur les réseaux sociaux, ainsi que sur la récupération politique qui peut être faite autour de ces événements malheureux. Il est important de respecter la volonté des familles impliquées et de ne pas utiliser ces drames comme prétexte pour alimenter des débats politiques.