Du KGB de Khrouchtchev à Poutine, les profondes racines de l’influence russe en Afrique

0
216

Les relations historiques entre la Russie et l’Afrique

Les origines des relations entre la Russie et les pays africains remontent à l’époque de l’Union soviétique. Depuis les années 1960, l’URSS a tissé des liens avec plusieurs pays du continent dans le contexte de la Guerre froide et de la lutte pour l’indépendance. Aujourd’hui, Vladimir Poutine tire parti de cette riche histoire pour étendre son influence en Afrique.

L’essor des relations pendant la Guerre froide

La période de la Guerre froide a été marquée par une intense activité diplomatique et d’espionnage entre les grandes puissances. L’URSS s’est notamment intéressée aux pays africains nouvellement indépendants pour y installer des bases militaires et renforcer sa présence sur le continent. Parmi ces pays, on peut citer la République démocratique du Congo (RDC) qui a obtenu son indépendance de la Belgique en 1960.

  • Des documents brûlés par le personnel de l’ambassade soviétique à Léopoldville témoignent de l’activité des espions russes dans ce pays.
  • En outre, la participation de l’armée soviétique aux guerres civiles angolaise et mozambicaine démontre l’engagement de l’URSS en Afrique.
  • Enfin, les dirigeants soviétiques ont reçu à plusieurs reprises des chefs d’État africains pour discuter de coopération et d’alliance.

Le rôle du KGB dans les relations avec l’Afrique

Le KGB a joué un rôle central dans le développement des relations entre l’Union soviétique et les pays africains. Les agents du KGB étaient présents sur le continent pour collecter des informations, influencer les gouvernements locaux et appuyer les mouvements révolutionnaires pro-soviétiques. Avec la fin de la Guerre froide et la dissolution de l’Union soviétique, ces liens ont été affaiblis mais n’ont pas disparu.

La résurgence de l’influence russe en Afrique sous Poutine

Sous la présidence de Vladimir Poutine, la Russie cherche à renouer avec son passé en renforçant ses liens avec les pays africains. Plusieurs éléments témoignent de cette volonté :

  • La multiplication des rencontres entre dirigeants russes et africains, comme le sommet Russie-Afrique organisé en 2019 à Sotchi.
  • Le développement de partenariats économiques, notamment dans le domaine de l’énergie et des infrastructures.
  • L’intensification de la coopération militaire et sécuritaire, avec la vente d’armes et la formation de forces de sécurité africaines par des instructeurs russes.

Le rôle des entreprises et des mercenaires russes en Afrique

Au-delà du gouvernement russe, des entreprises et des groupes de mercenaires russes sont également présents en Afrique. Ils contribuent à renforcer l’influence de la Russie sur le continent :

  • Les entreprises russes investissent massivement en Afrique, notamment dans les domaines des ressources naturelles, de l’énergie et des infrastructures.
  • Des groupes de mercenaires russes, comme le groupe Wagner, sont engagés dans plusieurs conflits africains pour protéger les intérêts russes et appuyer les gouvernements locaux.

Ces initiatives témoignent de la volonté de Poutine de développer une stratégie globale d’influence en Afrique, s’appuyant sur les réseaux hérités de l’Union soviétique et les atouts économiques et sécuritaires de la Russie moderne.

Les défis et les limites de l’influence russe en Afrique

Si la Russie dispose de nombreux atouts pour renforcer son influence en Afrique, elle doit également faire face à plusieurs défis :

  • La compétition avec d’autres puissances, comme la Chine, les États-Unis ou encore l’Europe, qui cherchent elles aussi à étendre leur influence sur le continent africain.
  • Les suspicions et les critiques internationales liées à l’activité des mercenaires russes et aux méthodes parfois controversées utilisées par la Russie pour asseoir son influence.
  • Les difficultés économiques internes de la Russie, qui limitent sa capacité à investir massivement en Afrique et à financer des projets d’envergure.

Malgré ces défis, la Russie est bien décidée à jouer un rôle majeur sur le continent africain et à renouer avec sa puissance passée. Le développement de ses réseaux d’influence en Afrique témoigne de cette ambition et s’inscrit dans une stratégie globale visant à reconstruire la stature internationale de Moscou.