Bien qu’interdits, les naturopathes toujours présents sur Doctolib

0
369

Malgré l’interdiction des praticiens de la naturopathie sur Doctolib il y a six mois, on constate encore aujourd’hui la présence de sophrologues, hypnothérapeutes et autres professionnels du “bien-être” sur cette plateforme de prise de rendez-vous médicaux. Comment ces praticiens parviennent-ils à contourner le système ?

Les naturopathes bannis de Doctolib depuis six mois

En octobre 2021, Doctolib a décidé d’exclure 5 700 praticiens en naturopathie de sa plateforme pour lutter contre les charlatans et de promouvoir une médecine conventionnelle basée sur des preuves scientifiques. Cette décision avait alors provoqué un tollé auprès des praticiens concernés, qui se sont sentis stigmatisés et discriminés.

La naturopathie, une pratique controversée

La naturopathie est une pratique non conventionnelle qui vise à prévenir les maladies grâce à des méthodes naturelles et douces. Elle repose essentiellement sur l’alimentation, l’exercice physique, la gestion du stress et l’utilisation de plantes médicinales. Cependant, cette approche fait débat au sein de la communauté scientifique, car elle n’est pas soutenue par des preuves solides et peut potentiellement entraîner des diagnostics erronés ou des traitements inefficaces.

Comment les naturopathes contournent l’interdiction

D’après une enquête réalisée par Le Parisien, certains praticiens de la naturopathie seraient toujours présents sur Doctolib en tant que “professionnels réglementés” par les autorités de santé. Ils se présentent comme ostéopathes, diététiciens ou encore psychologues diplômés et échappent ainsi à la purge anti-charlatans mise en place par la plateforme.

L’utilisation de titres protégés pour se maintenir sur Doctolib

Ces praticiens utilisent des astuces pour contourner l’interdiction et continuer à bénéficier de la visibilité offerte par Doctolib :

  • Se présenter sous un autre titre professionnel : certains naturopathes choisissent de mettre en avant leur formation en ostéopathie, diététique ou psychologie pour passer entre les mailles du filet;
  • Mettre l’accent sur des spécialisations reconnues : d’autres mettent en avant des compétences spécifiques liées à la prise en charge de troubles particuliers (nutrition, gestion du stress, etc.) qui peuvent être considérées comme relevant de la médecine conventionnelle;
  • Proposer des consultations “complémentaires” : certains proposent des séances de sophrologie, d’hypnothérapie ou de coaching en complément de leur pratique naturopathique, sans mentionner directement cette dernière.

En agissant de la sorte, ces praticiens parviennent à contourner les règles imposées par Doctolib et continuent d’attirer des patients en quête de solutions naturelles pour améliorer leur santé.

Quelles conséquences pour les patients et la médecine conventionnelle ?

La présence continue de naturopathes sur Doctolib pose plusieurs problèmes :

  • Le manque d’information : en se présentant sous un autre titre professionnel, ces praticiens peuvent induire les patients en erreur et les amener à consulter un spécialiste qui n’est pas forcément le plus adapté à leur situation;
  • Le risque de diagnostic erroné ou de traitement inefficace : l’absence de preuves solides soutenant la naturopathie peut conduire à des recommandations inappropriées et potentiellement dangereuses pour la santé des patients;
  • La confusion entre médecine traditionnelle et alternative : en mêlant des approches reconnues et non reconnues, ces praticiens contribuent à brouiller les frontières entre science et pseudo-science et entretiennent la méfiance envers la médecine conventionnelle.

Doctolib face à ses responsabilités

Face à ces constats, il semble nécessaire que Doctolib renforce sa vigilance quant au respect de son interdiction des naturopathes. La plateforme a une responsabilité vis-à-vis des patients qui lui font confiance pour trouver un professionnel de santé compétent et adapté à leurs besoins.

Doctolib doit ainsi s’assurer que les pratiques non conventionnelles et potentiellement dangereuses ne continuent pas de se développer en son sein et prendre des mesures pour garantir la transparence et l’intégrité de ses services.