À la recherche de marchés, la Russie mise sur ses partenaires dans le monde islamique

0
1093

La Russie s’appuie sur ses relations avec le monde islamique pour diversifier son économie

Face à un contexte géopolitique tendu et à la nécessité de diversifier son économie, la Russie cherche à renforcer ses liens avec le monde islamique. Cette stratégie est notamment illustrée par l’organisation du forum économique international de Kazan, se tenant dans la capitale du Tatarstan, une région où l’islam est implanté depuis des siècles.

L’importance du Tatarstan dans cette démarche

Pour l’État russe, la capitale tatare incarne la coexistence religieuse pacifique en Russie et véhicule l’image d’un pays multinational. La population tatare, de confession musulmane, constitue la première minorité à l’échelle nationale. C’est donc tout naturellement que le choix s’est porté sur cette république de la région de la Volga pour accueillir ce forum économique.

Un repli vers le Sud global

Considéré comme une victoire par certains observateurs, le repli de la Russie vers le Sud global traduit le sentiment anti-occidental qui anime le pays. En effet, les tensions entre la Russie et l’Occident ont poussé Moscou à chercher de nouveaux partenariats économiques et politiques auprès des nations islamiques. Le forum économique de Kazan en est une illustration parfaite.

Quels partenariats et quels marchés ?

Dans le cadre de cette stratégie, plusieurs accords ont été signés avec des pays du monde islamique, notamment dans les domaines suivants :

  • Agriculture;
  • Énergie;
  • Industrie;
  • Technologies de l’information et de la communication;
  • Tourisme.

Ces accords concernent aussi bien des pays du Moyen-Orient que d’Afrique du Nord ou d’Asie du Sud-Est. Ils permettent à la Russie de s’ouvrir de nouveaux marchés et de diversifier ainsi son économie, jusque-là largement dépendante des exportations d’hydrocarbures et des importations européennes.

Une démarche payante pour la Russie ?

Si cette stratégie semble porter ses fruits sur le plan économique, il reste à voir si elle permettra également de renforcer les liens politiques entre la Russie et le monde islamique. En effet, certains experts estiment que la politique étrangère russe reste marquée par un certain pragmatisme, qui pourrait limiter l’efficacité de ces rapprochements.

Un équilibre délicat à maintenir

La Russie devra également veiller à maintenir un équilibre délicat dans ses relations avec les différentes nations islamiques, notamment en raison des rivalités qui les opposent parfois. À cet égard, la situation au Moyen-Orient constitue un véritable casse-tête géopolitique pour Moscou, qui doit jongler entre ses alliances avec l’Iran et la Turquie d’une part, et les pays du Golfe de l’autre.

Ainsi, si la Russie semble avoir trouvé une voie prometteuse pour diversifier son économie et renforcer ses liens avec le monde islamique, elle devra faire preuve de diplomatie et de pragmatisme pour tirer pleinement profit de cette stratégie.