Guerre en Ukraine : Le barrage de Nova Kakhovka détruit, ce que l’on sait

0
384

La destruction du barrage de Nova Kakhovka

Le barrage hydroélectrique de Nova Kakhovka sur le fleuve Dniepr, situé dans la région de Kherson, a été détruit lors d’une explosion dans la nuit de lundi à mardi. La présidence ukrainienne a accusé la Russie d’avoir fait sauter cet ouvrage clé du sud de l’Ukraine pour inonder la zone et freiner l’offensive ukrainienne en préparation. De son côté, la Russie accuse Kiev. Les forces ukrainiennes ont effectué de multiples frappes sur le barrage, a déclaré sur Telegram le maire.

Les conséquences de la destruction du barrage

  • Diminution du niveau du fleuve Dniepr de l’ordre de 5 centimètres par heure, selon le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi.
  • Potentiel risque pour la centrale nucléaire de Zaporijjia si le niveau de l’eau descend en dessous de 12,7 mètres.
  • Inondation de la zone autour du barrage et ralentissement de l’offensive ukrainienne en préparation.

Le chancelier allemand, Olaf Scholz, a déclaré que cette attaque donne une nouvelle dimension à la guerre menée par la Russie.

Situation de la centrale nucléaire de Zaporijjia

La destruction partielle du barrage de Nova Kakhovka a soulevé des inquiétudes concernant la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, qui se trouve sous occupation russe. Cette installation dépend en effet de l’eau provenant du barrage pour son refroidissement.

La direction de la centrale rassure sur sa sécurité

La direction de la centrale nucléaire de Zaporijjia, installée par l’occupation russe, a affirmé que la situation ne représente pas une menace pour l’installation. Sur Telegram, le directeur a indiqué : “A l’heure actuelle, il n’y a pas de menace pour la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijjia. Cinq blocs sont arrêtés à froid, l’un est à l’arrêt à chaud. Le niveau de l’eau du bassin de refroidissement n’a pas changé.”

Visite de Rafael Grossi à Zaporijjia

Rafael Grossi, directeur général de l’AIEA, s’est rendu à la centrale de Zaporijjia suite aux craintes exprimées après la destruction du barrage. Il a expliqué que les dégâts occasionnés provoquent actuellement une diminution du niveau du fleuve de l’ordre de 5 centimètres par heure. L’eau du réservoir de la centrale nucléaire se situait en début de matinée à environ 16,4 mètres. Si elle tombe en dessous de 12,7 mètres, elle ne pourra plus être pompée pour alimenter les circuits de refroidissement de la centrale, ce qui laisse seulement quelques jours.

La réaction internationale face à l’attaque du barrage

L’attaque du barrage de Nova Kakhovka a provoqué de vives réactions au niveau international. Le chancelier allemand Olaf Scholz s’est exprimé sur cette attaque en déclarant qu’elle donne une nouvelle dimension à la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Demandes d’enquête et condamnations

  • Plusieurs pays ont appelé à une enquête approfondie sur les circonstances de la destruction du barrage.
  • Des organisations internationales ont condamné l’attaque et exprimé leur inquiétude quant aux conséquences pour la population locale et l’environnement.

Alors que la situation en Ukraine reste tendue, la destruction du barrage de Nova Kakhovka ajoute un nouvel élément de préoccupation pour la sécurité des installations nucléaires et les conséquences environnementales. Les prochains jours seront cruciaux pour évaluer l’impact réel de cet événement sur la centrale de Zaporijjia et les populations locales.