Disparition d’Émile : des milliers de téléphones examinés par les enquêteurs

0
347

Un travail titanesque pour résoudre le mystère

Depuis la disparition du petit Émile, âgé de deux ans, le 8 juillet 2023 au Haut-Vernet dans les Alpes-de-Haute-Provence, les enquêteurs sont à pied d’œuvre pour tenter de résoudre ce mystérieux cas. Les autorités ont décidé d’examiner pas moins de 1 600 lignes téléphoniques repérées par les antennes relais aux abords du lieu de la disparition de l’enfant, rapporte Midi Libre. Ce chiffre est colossal pour un village comptant seulement 125 habitants.

  • Aucune thèse n’est privilégiée, aucune thèse n’est exclue
  • Les témoins étaient un adolescent et un homme d’une soixantaine d’années
  • La topographie montagneuse du territoire rend difficile la délimitation du périmètre exact

Des données récupérées grâce à la connexion établie entre les téléphones et les antennes-relais

En raison de la topographie montagneuse du territoire où a eu lieu la disparition, le périmètre exact est difficile à délimiter, les communications pouvant borner sur différents relais. Toutefois, les données ont pu être récupérées grâce à la connexion établie entre les téléphones portables et les antennes-relais.

Le procureur de Digne-les-Bains, Rémy Avon, a insisté sur le fait que “aucune thèse n’est privilégiée, aucune thèse n’est exclue”, tout en confirmant que la deuxième phase de l’enquête était désormais ouverte. Celle-ci consiste à analyser la masse considérable de données recueillies pendant ces cinq jours au Haut-Vernet.

Les recherches sur le terrain ont définitivement pris fin

Malgré des recherches intensives menées sur 97 hectares autour du lieu de disparition de l’enfant, aucun indice concret permettant de retrouver Émile n’a été mis au jour. Les autorités ont donc décidé d’arrêter les recherches sur le terrain et de se concentrer sur l’analyse des données téléphoniques.

Un témoignage crucial pour orienter l’enquête

Selon Paris Match, Émile aurait été aperçu par deux témoins dans une rue descendante du village. L’un d’eux, un homme d’une soixantaine d’années, est habitué à voir des enfants jouer dans la rue et ne s’est pas inquiété immédiatement. Ce n’est que plus tard qu’il a compris l’importance de son témoignage et l’a rapporté aux enquêteurs, qui se basent désormais sur cette information pour orienter leurs investigations.

La collaboration avec les opérateurs téléphoniques

Afin d’identifier les éventuelles personnes présentes au moment de la disparition d’Émile, les enquêteurs ont sollicité l’aide des opérateurs téléphoniques pour recueillir les données des utilisateurs situés dans la zone concernée. Cette collaboration pourrait s’avérer déterminante pour retrouver le petit garçon et élucider cette affaire qui tient en haleine toute la France.

Un contexte tendu entre la Turquie et les pétromonarchies

Parallèlement à cette triste affaire, le président turc Recep Tayyip Erdogan a conclu une série d’accords commerciaux avec l’Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis lors de sa visite de trois jours dans le Golfe. Cette initiative marque un rapprochement entre la Turquie et ces pétromonarchies, avec lesquelles les relations étaient tendues depuis plusieurs années, notamment en raison de la crise économique en Turquie.

Toutefois, il est important de souligner que la disparition d’Émile et cette évolution du climat politique international sont deux affaires indépendantes. Les autorités françaises restent pleinement mobilisées pour résoudre le mystère autour du sort du petit garçon et mettre fin à l’angoisse de ses proches.

L’appel à témoins toujours en cours

Bien que les recherches sur le terrain aient été suspendues, les enquêteurs continuent d’appeler à témoins pour recueillir un maximum d’informations susceptibles d’aider à retrouver Émile. Si vous disposez d’éléments utiles pour l’enquête, n’hésitez pas à contacter les autorités compétentes.